• 7.0€

  • ou

CARAQUES - Pharmacie de Garde

J'en aurais reçu des promos improbables - et impromouvables. De tous les formats, venus de n'importe où, contenant à peu près n'importe quoi. J'aurais même eu l'insigne privilège, dans ma carrière journalistique qui ne devrait pas tarder à toucher à sa fin, de vomir sur l'art musical pourtant irréprochable de Clara Clara, de faire semblant d'aimer des choses aussi insipides que Ventura, de soutenir des groupes médiocres uniquement parce qu'un chèque, ça ne se refuse pas, de poster des chros pré-écrites par des attachées de com' pulpeuses, d'inventer des reports de concerts n'ayant jamais eu lieu, de m'étaler sur des disques de groupes n'existant pas (cherche-les dans notre ridicule base de donnée ! il y en a en tout 15 !), de signer certaines de mes chros avec la plume de Ralfrock, d'être publié dans les Inrocks sous mon vrai nom, de me faire passer pour un chinois dans les commentaires endiablés du Klues, j'en passe… mais malheureusement pas la meilleure. 

Car la chose que j'espère le plus, depuis le début de ce webzine qui décide de ce qui est bon et de ce qui ne l'est pas, c'est de recevoir un jour un faux promo. La bonne blague. Je l'avais faite plusieurs fois, dans le temps. Envoyer des démos (de 1988) de Nirvana, en K7, son pourri au possible, à Rage ou à Rocksound. À Sonic ou à Abus Dangereux. De la part d'un pauvre petit groupe qui commence, dans le sud de la France, macarel, et qui cherche des concerts aux alentours de l'Aude et un label de la veine de Skingraft, boudu con. Chaque fois, l'accueil avait été assez mitigé. Y a du potentiel, la voix torturée est intéressante, mais y a encore du boulot. Parfois encore, je refais le coup, créant, à temps perdu, une page badcramps à partir de mp3 égarés de Ted Bundy's VW, des bandes rares de Pachinko et des inédits de Crust. J'envoie des emails en anglais à Perte(s vaginales)et Fracas(anal) et Hazam Groboff, puis je me marre, tout seul dans mon coin, quand tombe la chro tant attendue. J'ai même eu droit, l'an passé, à un passage à la radio Breizh K-Fuel, tout ça parce que j'avais prétendu appartenir à un groupe Néo-Zélandais alors que j'avais envoyé des WAVs de Badgewearer. Tout le monde avait adoré et m'avait prédit un avenir reluisant.

Cette fois-ci, je crois que je le tiens. Je LA tiens. C'est une cassette. Le groupe s'appelle CARAQUES. Hahaha je crains même, selon où tu es né et selon quelle forme de sous-français tu parles, que tu ne dois même pas savoir ce qu'est un caraque, gitou ! 

Le plus dingue de tout, cependant, c'est que le truc a été posté…. au Burkina Faso. Le caché sur les timbres payés en Francs CFA faisant foi. Qui peut être assez dingue pour faire poster ça depuis le Burkina Faso ? Qui peut être assez dingue pour faire fabriquer des cassettes ? Avec la même chose sur les deux faces ? Parce que c'est pas la vulgaire Agfa 90 bleue à bande démagnétisée qui a été ré-utilisée avec des lamelles de scotch sur sa tranche supérieure, c'est la cassette toute neuve de CARAQUES. Mon nouveau groupe préféré. C'est moi qui l'ai découvert en premier.

CARAQUES, c'est la noise telle je l'adore, teintée de no wave, avançant au fouet comme du Twin Stumps, s'ouvrant à des perversions comme Headwar, et se propageant grâce à de courtes éjaculations qui furent un temps la marque de DNA. Un éléphant vient sonner sa trompe à une occasion, un morceau synth-punk fait son apparition un peu plus loin, mais ce que je ne m'explique absolument pas, c'est que j'ai le sentiment que ce long enregistrement (une répète sans sono - au chant, t'as plutôt intérêt à te la donner ! -, au fond d'un trou à rats), c'est celui de mes dimanches perdus. Quand, lorsque je croyais encore en moi-même, je rassemblais mes amis les moins musiciens pour aller faire du bruit, il fait de toute façon trop chaud pour se taper un foot. Je me foutais alors à la basse ou à la batterie - j'ai définitivement trop de talent à la guitare pour la moindre no-wave-cred - et le résultat… putain, mais oui, c'était exactement ça : CARAQUES !!! Je suis sur le cul. Sauf que, trop digne, j'aurais jamais eu l'idée d'intercaler ces intermèdes humoristiques entre les morceaux. Certainement le soleil de Ouagadougou qui doit taper encore plus fort que je le pense. 

CARAQUES, je ne sais pas qui vous êtes (j'ai une ou deux idées, l'enquête est en cours… Je mise pour le moment quelques ronds sur Souze + Bébert ou Bohumil), mais je vous confierais mes poules sans la moindre hésitation. J'aimerais bien vous rejoindre, aussi, en tant que manager/directeur artistique. 

Le plus drôle, dans cette affaire, c'est que bien entendu, tu pourras aller faire tes propres recherches, Caraques + Pharmacie de Garde, Burkina Faso + mange des chenilles (un bon moyen pour finir avec des papillons dans l'estomac avant de se montrer en public (restreint)) sur n'importe quel moteur hautement performant, et de CARAQUES, tu nous trouveras pas la moindre trace sur le net. Rien. 

Ce qui vient confirmer ce que l'on savait depuis une éternité : le meilleur groupe du monde, en ce moment, est en train de répéter dans une cave et personne ne l'entendra jamais. Sauf moi.

Bravo, et surtout un énorme MERCI ! 

À l'intérieur de la jaquette (c'mon, tu sais qu'on dit pas "pochette" pour une cassette, quand on est pas un caraque, right ?), se trouvent ces précisions fort utiles :

Prix de vente maximum : 2500 FCFA*

* si tu as reçu cette K7 gratuitement tu es un chroniqueur et tu nous dois 3€.

Je suis prêt à en payer 150. 

Pour prospecter, il y a aussi une adresse email:

mangedeschenilles_at_gmail.com

Si tu ne commandes pas ça au plus vite, ta vie, lorsqu'elle se terminera, aura un goût d'inachevé. Obéis, crache tes 2500 FCFA et tu reviendras, une fois encore, me remercier.

(10/10)

{Bil}

www.nextclues.com